Menu déroulant horizontal by Papinou
Les actualités météo - 2008

2008
Retrouvez ici l' essentiel des actualités météo dans le département depuis 2006 . Vous pouvez également avoir accès sur mon site général ( http://www.meteo01.fr ) à plus de 400 news classées par dates non seulement pour le département de l' Ain mais également pour le reste de la région Rhône Alpes. A noter que pour certaines actualités présentées vous ne trouvez qu' un résumé et qu' il faut se tourner sur mon site pour trouver les dossiers complets.

Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous voulez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup.

3 octobre 2008

Un avant-goût d ' hiver ! : orage de grésil dans le Bugey
 
 
 
Orage de grésil à Innimond  ce soir (800 m d' alt.) (Merci à Malcolm )

On se serait cru ce soir sur certains secteurs de l' Ain en cette fin de journée en plein hiver . On pourrait invenetr ce dicton : A la St Gérard, il grésille tôt ou tard" ! Après une journée assez calme, un orage a  traversé la région du NO au SE. Certes, avoir de l' orage en octobre n' est pas exceptionnel en soi mais du grésil l' est par contre un peu plus. Les pelouses ont quelque peu blanchi en plaine mais c' est en arrivant sur les hauteurs du Bugey qu' un avant-goût de l' hiver s' est manifesté. A Innimond dans le sud Bugey c' est une petite couche de grésil qui a blanchi la campagne. Partout sous l' orage le mercure a dégringolé, descendant jusqu' à 5° en plaine et près de 0° sur les reliefs. L' orage a très vite gagner le nord Isère où là encore on a relevé de fortes bourrasques de grésil et une intensité électrique importante.  Du côté du Jura on signalait des chutes de neige mêlées à de la pluie dès 900 m et de la neige au sol dans le secteur de la Pesse. La neige se mêle à la pluie dans le pays de Gex, qui n' est qu' à 600 m. Cet automne est complètement fou pourrait -on penser. Et pourtant voir de la neige en octobre en moyenne ou basse montagne s' est déjà prdiot que ce soit dans l' Ain ou les départements voisins. La neige s' était invitée pour la dernière fois dans l' Ain en octobre en 2003, la seule année depuis 10 ans. Il avait neigé à Innimond à 800 m le 5  ( la montagne La Châ à 1160 m avait blanchi ce jour-là )et aussi à plusieurs reprises en fin de mois. Merci à Malcolm pour ses précisions.
Dès demain cela ira mieux mais il n' est pas exclu qu' il neige encore sur les reliefs dès 800 m.


Comment se forme le grésil ?

Une petite explication s' impose sur la formation du grésil. C' est bien évidemment une précipitation qui si l' on peut dire se situe entre la neige et la grêle. Le grésil est constitué de pluie totalement gelée après être passée dans une couche d' épaisse d' air sous 0. Les grains restent de diamètre de 5 mm maximum. Le grésil est en quelque sorte formé de granules de glace.


Les premiers flocons de l' automne sur le Jura
 


(photo d' Echallonmeteo.com )

Dès ce matin les flocons tombaient sur les hauteurs de la station des Rousses, notamment le secteur de Noirmont. Un léger manteau blanc était visible. Se lon les anciens quand il neige avec encore les feuilles sur les arbres c' est un drôle d ' hiver qui s' annonce ! Nous verrons bien !.


Merci à Bruno mon correspondant à Echallon pour les photos.

 

6 septembre 2008

Nouvelles inondations dans l' Ain

  

Comme nous l’ avions vu dans de précédentes informations, le département de l’ Ain a été touché samedi par de très fortes pluies. La vigilance a couru de 5h à 16h dans l’ après-midi et elle fut plus que justifiée.  En effet, de fortes pluies à caractère orageux étaient de nouveau à craindre après déjà des sols très engorgés dus aux déluges de mercredi et jeudi dernier. Ces nouvelles fortes pluies ont entrainé de nouvelles inondations dans le département de l’ Ain , essentiellement dans le Bugey et la plaine de l’ Ain qui ont été les secteurs comme nous l’ avions vu les plus arrosés. Il est tombé sur ces secteurs entre 50 et 65 mm en l’es pace d’ une dizaine d’ heures ce samedi dont près de 40 mm entre 8 et 14 heures  qui fut la période la plus soutenue dans les précipitations. Des communes comme Innimond, Jasseron, Pont d’ Ain, St Jean le Vieux,  Poncin,  Méximieux, Oyonnax, Echallon ou  Ambérieu ont enregistré ces très gros scores. Les pompiers furent très vite appelés en dépannage  et ils ont procédé à près d’une cinquantaine de sortie . Cela ne concernait pas forcément la virulence des pluies  mais plutôt les sols déjà  gorgés des 60 à 100 mm tombés par endroits dans les  48h précédentes.

 

Dès 8 heures ils furent sur le pont. En fonction de la progression des précipitations, les lieux d’intervention évoluèrent. Elles ont commencé dans la région de la Côtière pour ensuite gagner la région d’ Ambérieu en Bugey, puis celle d’ Oyonnax. Cela a concerné essentiellement des caves, des garages et des  chaussées inondés en raison des fossés qui ne pouvaient plus absorber les fortes pluies. Le pire pouvait être à craindre une nouvelle fois dans le secteur de St Jean le Vieux en raison de ces pluies incessantes. Ainsi après le début du mois de juin, le quartier de Mermant fut une nouvelle fois sous la menace des eaux. De l’ eau s’est infiltrée dans les habitations, obligeant des résidents à procéder à des protections de fortune. Les bouches d’ évacuation ont eu bien du mal à absorber de nouveau  autant d’intensités pluvieuses ( jusqu’ à 50 mm/h). L’ eau a ainsi très vite commencé à gagner les chaussées du village. De plus, la petite rivière de l’ Oiselon qui traverse St Jean le Vieux avait atteint un niveau ric rac à la mi-journée, faisant craindre le pire. Heureusement que la pluie a commencé à se calmer dans le courant de l’ après-midi dès 14h, stabilisant ainsi la situation. En tout cas rien à voir avec la terrible soirée qu' ont vécu les habitants de St Jean en juin dernier ( voir nos actualités archivées).


Dans la commune toute proche de Pont d' Ain où avec près de 60 mm il n' était pas tombé autant d' eau en 24h depuis décembre 2006, les eaux dévalant la cité ont été assez bien absorbées avec la nouvelle chaussée entièrement refaite et de nouvelles bouches d' égoûts qui ont permis de bien évacuer les eaux mais par contre une nouvelle fois le parking du supermarché local ( voir photo plus bas) s' est vite transformé en petit lac en son centre, obligeant l' intervention d' une entreprise pour pomper les eaux devenues trop envahissantes où les bottes étaient nécessaires pour sortir de son auto !. Ce n' est pas la première fois que cela arrive . Des talus et fossés bordant les routes de ce secteur de Pont d' Ain ont aussi fait le plein; ces nouvelles pluies étant bien trop après les 65 mm de mercredi et jeudi. Beaucoup d' eau est descendue par contre des hauteurs de la cité des bords de l' Ain. Une route départementale s' est vue coupée, en limite de la commune. Les employés de la localité toute proche de St Martin du Mont ont dû déblayer les gravats sur cette route vers le lieu dit des Rappes. Plus de craintes qu' autre choses dans notre département. Même si les débits de certaines rivières ( comme l' Ain gonflé par les pluies jurassiennes ) ont fortement grimpé en soirée de samedi et nuit suivante le pire aura été évité et a été sans commune mesure avec le sud de notre région. La semaine s' annonce enfin plus calme mais déjà on pourra dire que ce mois de septembre ne restera pas un mois déficitaire en pluviométrie dans l' Ain !


cliquez sur les photos pour les agrandir



 


Il fallait du courage pour aller faire ses courses samedi matin !




L' eau a dû être évacuée du Super U par une entreprise spécialisée

 

Champs transformés en lac près d' Ambronay



Rivières bien hautes dans l' Ain

 



Les rivières ont tenu le choc dans le département de l' Ain (même si elles ont monté ) comme l' atteste ce tableau comparatif de Pascal qui gère une station automatique à Viria près de Bourg en Bresse et que l' on remercie pour cette analyse.

Cliquez pour l' agrandir


 

4 septembre 2008

Violents orages dans l' Ain

Le département de l' Ain qui est encore en vigilance orange jusqu'à 16h n' a pas été épargné par les éléments hiers en fin de journée.  C' est dès 16h de l' après-midi que l' ouest du département s' est retrouvé dans un ciel sombre; en particuleir le Val de Saône. C' est une nouvelle fois ce secteur qui a subi le plus de dommages d el' axe orageux qui a traversé toute la région Rhône Alpes sur quelques heures. Entre 16h30 et 17h30 les pompiers étaient déjà sur le pont avec près de 50 interventions. Comme d' habitude on relève les mêmes désagréments. Il y a eu des arbres ou branches au sol, des toitures soufflées, des caves inondées et aussi des chutes de grêle. C' est surtout Reyrieux et Savigneux qui ont les plus touchés par les caprices du ciel. Dans le premier village cité des rues se sont retrouvées bouchées de gravas suites aux fortes pluies et aux gros coups de vent. Des inondations ont été signalées chez plusieurs habitations (près de 20 cm d' eau). Des lignes électriques ont du êter sécurisées également. Sur Savigneux ce fut aussi le même constat.Au final on comptabilisera pas moins de 120 interventions en l' espace de 2 heures sur le département de l' Ain. On a noté aussi des pluies violentes dans le secteur de Beynost ( arbre sur la chaussée aussi et une société inondée) , Ambérieu, Bourg en Bresse, Pont d' Ain entre 17h et 17h30. A Ambérieu il est tombé pas moins de 33 mm en l' espace d' une heure. Plus tard après 17h30 l' orage s' est propagé  au reste du département. Là encore des trombes d' eau. A 23h à Echallon on relevait un cumul approchant les 50 mm. La journée s' annonce encore très agitée.

22 août 2008

Trombes d' eau ce soir sur l' Ain



On nous promettait des orages pour ce vendredi. La journée finalement n' avait pas trop mal commencé si l' on peut dire, faite de nuages et de quelques pluies  parfois modérées sur le département de l' Ain. La perturbation ayant traversé la région plus rapidement que prévu et ayant surtout sévi au nord du pays, de belles éclaircies ont refait partout leur apparition dès la mi-journée. Mais l' instabilité menaçait et celle-ci a repris en premier lieu sur l' Allier entre autres. En fin de journée, une ligne de grains orageux, très visible sur les images radars et faisant entrevoir une très grosse intensité pluvieuse, se mettait en place en prenant un chemin ouest-est, balayant le nord du Rhône, le couloir de la Saône puis une bonne partie du département de l' Ain. Les premiers coups de tonnerre et de vent ont été signalés vers les 17h30 dans la région de Villefranche sur Saône (http://www.infoclimat.fr/multimedia/photolive.php?photoid=60877 ), de pommiers avant de gagner très vite l' Ain. A Curtafond en Bresse on signalait très vite de fortes rafales de vent et des coups de tonnerre. Dans sa partie nord la ligne de grains fut à priori moins intense au vu des radars que dans sa partie sud. A 18h la nuit et un ciel noir encre s' abattaient plus franchement sur l' Ain et en particulier sur le Bugey. Aussi bien dans la région de Pont d' Ain que d' Ambérieu, on relevait de très fortes rafales de vent, estimées à 80 km/h mettant quelques branches au sol ( un tuba s' est même formé au-dessus de Varambon), des pluies diluviennes ( il est tombé près de 15 mm en l' espace de 30 mm avec des intensités dépassant les 150 mm/h) et quelques chutes de grêles dans la masse. Cet orage très intense, poussé par un vent soutenu a très vite continué sa route pour se diriger en soirée sur les Savoie tout en perdant de son activité et l' Isère mais là les pluies sont signalées très abondantes. Fort heureusement la circulation rapide de l' orage aura permis probablement d' éviter des inondations localisées. On signale tout de même que dans le Val de Saône  la prudence était de mise en particulier sur la RD 933 entre Beauregard et Fareins. Les vents violents sous le passage du grain vers les 17h ont mis au sol un arbre barrant ainsi dans les deux sens cette route. Des coulées de boue se sont ajoutées augmentant ainsi  les  perturbations de circulation dans ce secteur, obligeant des interventions des services des routes locaux pour remettre au plus vite en l' état la chaussée, très fréquentée à cette heure d ela journée. Les sapeurs pomiers de leur côté appelés pour quelsues interventions sont venus  en aide aux secteurs qui furent touchés par le déluge. Cet orage intense qui a laissé entre 10 et 15 mm en à peine 30 à 45 minutes suivant les secteurs a permis d' atteindre voire de dépasser le cumul normal de précipitations pour un mois d' août. En effet, que ce soit sur Pont d' Ain, Ambérieu, ou bien encore dans le Revermont la barre des 80 mm ( normes 1971-2000) a été ainsi dépassée. nous n' atteindrons sûrement pas les copieux  août 2006 et 2007. Il faut donc remonter à 2005 pour retrouver un mois d' août déficitaire en pluviosité. Il était tombé que 52 mm sur Ambérieu; tout comme en août 2003.

Quelques photos significatives de cet orage
cliquez pour les agrandir
 

 

 

 

 

 

30 juillet 2008

Les premières restrictions d' eau dans l' Ain


Pourtant le mois de juillet n' a pas vraiment été sec dans le département de l' Ain ( lire plus loin) mais ces dernières semaines pauvres en pluviosité ont conduit les services de la Préfecture du département à mettre en place quelques restrictions de prélèvements d' eau dans certains cours d' eau de l' Ain et sur leurs nappes d' approvionnement, depuis le 23 juillet dernier et jusqu' au 30 septembre, sauf si d ' ici là bien sûr la situation météo redevient favorable et si de bonnes pluies refont surface, ce qui serait prévu sur les tendances à longue échéance mais restons prudents sur cela.  Il faut quand même relativiser ces restrictions qui ne concernent pas les nappes phréatiques où par exemple en plaine de l' Ain les arrosages des maïs peuvent encore se prolonger sans aucun souci. Mais la nécessité de prise de mesures a été instaurée en raison de plusieurs cours d' eau mis à mal depuis quelques temps. Le Suran par exemple est au plus bas avec un débit en-dessous du mètre cube par seconde. La rivière d' Ain ( traversable sans nager au pont de Chazey) qui n' est pas concernée par ces mesures de restrictions affiche un débit de seulement 20 m3/seconde, obligeant les barrages en amont de réduire au maximum les lâhcer. C 'est surtout la partie ouest du département qui subit ces mesures de prélèvements dans plusieurs cours d' eau. Il existe 3 niveaux . Le niveau 1 n' est qu' un niveau de surveillance qui concerne le Solnan et tous ses affluents, et la Reyssouze dans sa partie amont ( secteur de Montagnat), la Chalaronne en amont ( secteur de Châtillon) , l' Albarine ( qui par exemple depuis peu est à sec du côté d' Ambérieu en Bugey après un printemps qui a vu un débit régulier de son cours d' eau lui permettant de bien résister par rapport à ces dernières années) ou bien encore le Toison. Le niveau 2 entraine quant à lui des restrictions. Il concerne le Suran au plus bas , la Veyle en amont ( en amont de la limite de la commune de Servas et Lent), le Sevron et tous ses affluents ( région de Manziat). Il est donc interdit de prélever entre 9h et 19h  de l' eau dans les cours d' eau  pour arroser les jardins, espaces verts publics et privés, espaces sportifs de toute nature. Par contre l' interdiction est totale 24h/24 pour le remplissage des piscines, le remplissage des plans d' eau  non exploités par des pisciculteurs agréés ou  exerçant une activité commerciale de pisciculture ou bien le lavage des voitures. A noter aucun niveau 3 enregistré donc aucune interdiction totale. La situation n' est donc pas encore alarmante et seule une partie en plus de l' Ain est concernée. Les habitants des secteurs impactés scruteront sûrement le ciel dans les semaines à venir.

Des mesures ont été prises aussi chez nos voisins isérois. Des restrictions concernent ici essentiellement le nord Isère et portent sur les prélèvements des nappes phréatiques. La situation y est bien plus délicate que dans l' Ain. Les nappes ont du mal à se rééquilibrer et vont plutôt en diminuant. Il faudra vraiment beaucoup de précipitations pour rétablir une situation qui pourrait à l' avenir devenir très alarmante


De 50 % à près du double


Le mois de juillet touche à sa fin. C' est le moment de faire un premier bilan de la situation écoulée dans l' Ain. Si l' on jette un oeil aux relevés on constate en fait que la majorité des précipitations se sont concentrées essentiellement sur la première décade. Par exemple sur Ambérieu entre le 1er et le 11 le cumul a dépassé les 100 mm pour une moyenne mensuelle de 66 mm en cette saison !( selon les statistiques 1961-1990). Certes,  cela a permit aux agriculteurs de suspendre les arrosages et de ne pas puiser dans les nappes qui s' étaient reconstruites quelque peu après ces derniers mois plutôt satisfaisants en pluie, mais par contre la répartition mensuelle n' a pas été au rendez-vous. Trop de pluie sur 10 jours et peu ensuite. C' est donc un bilan contrasté qui fait apparaitre que dans plusieurs secteurs du département, grace aux orages du début de mois, on note une pluviométrie excédentaire de 50 à 60 % comme sur Pont d' Ain,  voire de 100 % pour la région d' Ambérieu. Beaucoup de secteurs ont atteint ce mois-ci la barre des 100 mm. Mais en raison des orages plus ou moins répartis comme à leur habitude on relèvera encore des disparités avec des déficits ou bien des excès encore plus notables. Côté mercure les belles journées chaudes permettent de compenser la première quinzaine un peu faiblarde constatée aussi bien en minimales qu' en maximales ( voir de précédentes news) . Globalement le mois se termine dans la moyenne grace à plusieurs après-midis où le mercure a franchi la barre des 30 ° comme encore hier avec 32,5° à la station ambarroise

3 juillet 2008

Forts cumuls de pluie dans l' Ain

 Le ciel est resté menaçant jusqu' au soir

Cette journée de jeudi s' annonçait comme étant une journée très arrosée te elle a tenu toutes ses promesses sur uune bonne partie de la région Rhône Alpes (lire par ailleurs). Les pluies à caractère orageux présageaient de bons cumuls si elles se confirmaient et elles ont défilé sur l' Ain une bonne partie de la journée. Les premiers grondements du tonnerre et les premières pluies se sont manifestés sur l' ouest du département dès la fin de nuit. A 6h le tonnerre grondait sur la plaine de l' Ain. Avant 7 h la pluie avait gagné tous les secteurs et elle s' est très vite intensifiée. La circulation était délicate entre 9h et 10 h en plaine de l' Ain comme dans le secteur d' Ambérieu en Bugey où de véritables rideaux de pluies s' abattaient, obligeant certains automobilistes à faire une petite halte sur les bas côtés tant les visiblités étaient réduites. On a même signalé quelques grêlons à la station de Chateau Gaillard à 9h et 11h sous ces pluies orageuses. Une petite accalmie eut lieu avant la mi-journée avant que les pluies ne reprennent de plus belle en cours d' après-midi ne quittant véritablement le département que vers les 19h mais laissant encore beaucoup de nuages. Pendant plusieurs minutes on a relevé des intensités dépassant largement les 100 mm/h comme sur Pont d' Aun avec des pointes à 132 mm/h !. Les cumuls sont devenus très vite importants. Au 8,4 mm tombés avant 8h sur Ambérieu il s 'est rajouté d ' ici le soir 41 mm supplémentaires faisant de la station de l' Ain la plus arrosée sur les 12 dernières heures. Il est tombé près de 3 semaines de pluies normales en l' espace de seulement une douzaine d 'heures ! A Pont d' Ain le pluviomètre affiche ce soir un cumul depuis 6h de 52,1 mm ! Sur  une durée de 6h entre 8h et 14h  il est tombé  23,6 mm (dont 9,8 mm entre 11h et 14h); le mximum sur une heure étant de 11,8 mm. Dans le Revermont on a relevé plus de 48 mm sur le secteur de Jasseron, plus de 32 mm en Bresse, près de 40 mm dans le secteur de St Etienne du Bois où à 14h locales on notait 6,8 mm tombées sur l' heure précédente, 10,2 mm sur les 3 dernières heures et pas moins de 17,2 mm sur une durée de 6 heures. Ces pluies sont très bénéfiques pour les exploitations agricoles et les jardins après une disette de près de 15 jours sauf sur certains secteurs localisés de l' Ain qui ont connu un petit orage lundi matin.

Les pluies furent quasi ininterrompues dans l' Ain entre 6h et 19h

 

 Une chute de 18° ! en 24 h .Avec ce temps pluvieux le département a perdu en 24 h près de 18° ! ; la veille Ambérieu avait relevé 33°  en fin de journée alors qu' il  faisait  cet après-midi à peine 15° !

10 juin 2008

pompage à Jujurieux

Après les orages l' Ain panse ses plaies

La nuit fut bien courte pour de nombreux bugistes après le violent orage  qui a traversé une bonne partie du département hier soir entre 19h et 20 h essentiellement. Certains avaient à pein nettoyé leurs habitations lundi soir qu' il a fallut tout recommencer et souvent en pire. Le maire de St Jean le Vieux souhaitait  dès mardi déposer une demande de catastrophe naturelle. Elle a été confortée après le second déluge qui a frappé fortement cette commune et bien d' autres aux alentours et elle s'associera avec Jujurieux pour cette demande fort légitime quand on découvre les dégâts de certains chemins littéralement défoncés suite aux torrents d' eaux qui ont dévalé des montagnes environnantes . Les services de secours départementaux ont été demandés de partout sur les secteurs touchés par l' orage. Ils l' avaient été autant la veille dans le Revermont ou la Côtière. En tout on a comptabilisé pas moins de 300 appels téléphoniques pour au final près de 130 interventions essentiellement en Bugey qui ont nécessité la présence sur différents lieux d 'uen centaines de pompiers. Ils ont travaillé d' arrache pied entre 19h et 00h30.  La raison principale est la montée rapide des eaux, accentuée déjà par des terrains gorgés d' eau des précédents orages. Il n' y a pas eu fort heureusement de destructions apparentes ou d' effondrements mais tout de même beaucoup de particuliers ont retrouvé leurs habitations sous les eaux. 2 secteurs très touchés : Belley et donc St Jean le Vieux-Jujurieux. Dans la première ville citée, l' eau est montée à près d' 1m50 !. c' est surtout les maisons de plain-pied, celles situés dans des cuvettes, des sous-sols et des caves qui ont été durement éprouvés sans compter aussi bien sûr la végétation qui a haché  quelque peu les arbustes. Le réseau routier a aussi subi ce violent orage et ce soir St Jean le Vieux et Jujurieux ont retrouvé un semblant de vie et de propreté après l' aide des secours et un nettoyage intensif. Mais les abords des rues principales comportent encore les plaies du déluge d' hier soir avec beaucoup de chemins ravinnées.On pouvait voir aussi l' empreinte  du niveau de l' eau qui a débordé des ruisseaux qui traversent les cités. Le temps est un peu moins menaçant ce soir et ainsi tout le monde va pouvoir souffler mais la pluie est encore attendue pour demain mais les orages régresseront enfin !.

Les dégâts sont très importants avec plusieurs chaussées carrément défoncées. On a du mal à imaginer ce que peut provoquer la violence des flots.

 

Les torrents d' eau ont tout emporté sur leur passage

 

 

Les habitants de St Jean le Vieux ne s’ attendaient surement pas à ressortir pelles et bottes après les inondations qui ont touché leur commune lundi soir mais avec le nouveau déluge de mardi  qui fut sans commune mesure avec le précédent mais  ils se sont vite rendus à l’ évidence que les dégâts seraient d’ une ampleur plus conséquente encore avec 50 mm de précipitations tombés en l’ espace de 45 min ! ( entre 20h45 et 21h30). Autant qu’ à Jasseron lundi . On a relevé aussi 36 mm sur Ambérieu en Bugey mais sur une durée de 3 heures entre 20 et 23h, 36 mm sur Cerdon dont 19,4 mm en très peu de temps ( 1 heure à peine)  et 39 mm sur le plateau d’ Hauteville en 2 périodes. Le ciel en ce mardi soir s’ est très vite assombri. Vous en avez eu la preuve avec le cliché que j’ avais pris sur Pont d’ Ain. Mais l’ orage avait décidé de s’ en prendre aux premiers contreforts du Bugey après avoir déversé son lot de trombes sur la région de Belley. Le ciel se déchaina sur St Jean et Jujurieux la commune voisine avec une virulence incroyable. Grêle et fortes pluies n’ ont épargné personne dans ce secteur. De nombreux quartiers ont très vite été inondés entrainant des coulées de boue mais aussi de pierres comme dans le chemin Clozeau ou rue des Berlodes où les riverains passèrent leur soirée avec pelles et balais. L’ eau a aussi envahi la route de la gare, le Mermand, la route de Lyon. La chaufferie de la salle des fêtes s’ est retrouvée sous les eaux mais également des services techniques municipaux. Beaucoup ont du éponger une grande partie de cette soirée alors que la pluie continuait de tomber jusqu’ en début de nuit avec encore quelques roulements de tonnerre. 50 cm d’ eau ont été relevés aux Harpilles. Par endroits, les évacuations naturelles obstruées par les feuilles et autres branchages ont vu des niveaux d’ eau jusqu’ à un mètre voire un  mètre vingt. Des torrents d’ eau et  souvent de  boue larges de plusieurs mètres  sont ainsi arrivés de toutes part des hauteurs et ont envahi toutes les rues. La force de l’ eau a même déplacé des piscines ou des véhicules, en plus de défoncer parfois sur 50 cm  des chaussées risquant ainsi de sectionner. La route entre Vieillard et le Bévieur, bien connus des habitants et des gens du coin a même connu un glissement de terrain, bloquant ainsi le passage à tout véhicule. Le quartier du Clos des Prés a payé le prix fort. Chez certains particuliers qui ont eu jusqu’ à 1 mètre d’ eau dans leur maison en très peu de temps ( les privant ainsi de tout colmatage efficace) , les meubles ont même été parfois déplacés. Pour beaucoup d’ habitants la facture est très lourde car souvent frigos, congélateurs, vêtements seront bons directement pour la casse. Toute la nuit les pompiers avec le renfort de surveillance de ceux d’ Ambérieu ont essayé de répondre aux multiples demandes des particuliers. Tout le monde a très vite mis la main à la patte et l’ entraide a une nouvelle fois très vite fonctionné pour écoper, nettoyer, évacuer l’ eau, la boue, réparer les chemins et jeter tout ce qui est devenu inutilisable. Les employés communaux étaient sur le pied de guerre pour en partie évacuer tous les gravas qui jonchaient les rues endommagées. Désormais il va venir le temps de finir de tout nettoyer, de panser les plaies de cette apocalypse et de concevoir les dossiers d’indemnisations pour les assurances.

Ambérieu touchée également

Avant que l’ orage ne bifurque sur la région de St Jean Le Vieux, la ville cheminote d’ Ambérieu en Bugey a aussi connu les caprices du ciel alors qu’ elle avait été relativement épargnée la veille. Autour des 20 heures, des trombes d’eau sont tombées mais sans l’ intensité et les dégâts des communes voisines. On pouvait encore voir hier matin quelques champs aux alentours recouverts d’ eau comme aussi sur le secteur d’ Ambronay. Il faut dire qu’ il avait déjà beaucoup plu les jours précédents. Les pompiers ont dû intervenir une dizaine de fois dont six au quartier du Tiret dans la partie haute de la cité. Dès 20 heures les premiers appels sont arrivés au standard des services de secours. Le retour à la normalité côté interventions s’ est fait très vite ( à 21 heures on ne signalait plus aucun souci). Une dizaine de pompiers ont paré aux 11 interventions avec du matériel de pompage. On a recensé essentiellement des soucis de caves inondées et des logements. Le Tiret a subi le plus de dommages avec près de 6 interventions. La longue rue Alexandre Bérard qui permet d’ entrer dans la ville par le nord a été la plus impactée Des assèchements furent nécessaires après les pompages. Mais personne n’ a dû être relogé fort heureusement. Le  bas de ce quartier est souvent impacté quand il y a de fortes intempéries de cet ordre. On a relevé aussi un envahissement par les eaux dans le secteur proche du lycée professionnel ambarrois. Mais au final plus de peur que de mal.

 

 

Le vignoble plutôt protégé

Une fois de plus on craignait que le vignoble du Bugey allait souffrir de ces violents orages. Lundi soir lors des premiers déluges les dégâts malgré la grêle furent limités ( à Journans  dans le Revermont les viticulteurs qui produisent des appellations du cerdon estimaient entre 10 et 20 % de pertes). Mardi soir c’ est plutôt encore le même constat. Le fait que la grêle se soit mêlée aux fortes pluies n’ y est pas étranger ; de plus ce n’ était pas une grêle sèche comme parfois on peut en voir. Les précipitations ont surtout raviné les coteaux. D’ après les premiers constats des professionnels les feuilles n’ auraient été que peu touchées même si ici où là on peut trouver des impacts dûs à la grêle. Les plus grosses intensités ont épargné des secteurs comme Lagnieu ou Salavre. Les grappes naissantes même si elles ont été agressées par les cieux devraient bon an mal an être épargnées de la maladie surtout que nous sommes en pleine période de floraison. On espère donc que les grains arriveront à se former correctement.

 

 

D’ autres secteurs touchés plus faiblement

Même si St Jean le Vieux et Jujurieux ( Jasseron la veille) ont retenu l’ attention suite aux très gros dégâts il n’ en demeure pas moins qu’ ici ou là comme on l’ a vu sur Ambérieu et Belley, les intempéries ont fait parler d’elles.  Lundi soir le  Petit Vallon du côté d’ Apremont fut envahi par les eaux sans compter les champs transformés en partie en lacs. Grêle et pluie forte se sont abattues sur ce secteur vers les 17h. Boue et graviers au programme pour quelques maisons. Du côté de Peyrieu mardi soir cette fois-ci, on a relevé beaucoup de grêle et les services de secours ont dû intervenir  dans une zone d’ activités. Les terres cultivées ont beaucoup souffert.  Toujours mardi soir, du côté de Parves en fin de journée la boue et les graviers ont recouvert plusieurs routes. Quelques habitations furent envahies par les eaux. Des services de secours d’ Hauteville, de Culoz, d’ Artemare et de Belley sont intervenus dans tout ce secteur. On a relevé près d’un mètre d’ eau

 

 

Une situation météo pas exceptionnelle

On peut penser que ce temps agité avec les dégâts provoqués est exceptionnel. Il n’ en est rien. De part déjà sa description géologique l’ Ain est souvent soumis en cette période de l’ année par ce type de phénomènes mais souvent fort heureusement ils passent inaperçus. Mais là la répétition des évènements violent en peu de temps pourraient nous faire penser au contraire. Ces orages s’ expliquent par le fait que le contraste entre l’ air chaud et l’ air froid fut particulièrement important ces derniers jours. Mais il est et sera toujours très difficile de prévoir la violence des orages ; par contre son intensité peut être évaluée quelques temps avant son arrivée. C’ est en fonction de l’ état du ciel, de l’ intensité du tonnerre que l’ on arrive à jauger le phénomène . Un orage accompagné de  grêle s’ observe assez facilement avant son arrivée  en général . Mais ces domaines sont souvent réservés qu’ aux passionnés et qu’ aux experts et autres traqueurs d’orages ! L’ an dernier on se souvient du pays de Gex noyé sous les eaux après plus de 100 mm de précipitations en 1h30 alors que fin mai le sort s’ était acharné sur la région d’ Ambérieu mais également encore le secteur de St Jean le Vieux avec de gros grêlons mais il n’ y avait pas eu d’inondations. A l’ été 1993 toute la région avait cette fois-ci subi des dégâts non pas liés à l’ eau mais au vent violent qui avait couché de nombreux arbres. L’ Ain avait connu une nuit apocalyptique de grande ampleur. Par contre on s’ aperçoit que ces orages au fil des ans même s’ ils ne paraissent pas plus nombreux que par le passé sont de plus en plus accompagnés de brusques et violentes précipitations. Est-ce en raison du réchauffement climatique ? Peut être. En tout cas on sait d’ores et déjà que le réchauffement climatique pourra entrainer une amplification de la violence des cyclones.

 

9 juin 2008

Violents orages dans l' Ain : Au tour du Revermont !

Des trombes de pluie et de grêle se sont abattues sur le Revermont comme ici à Jasseron .

La journée avait commencé dans la grisaille et les nuages bas. Très vite le soleil a enfin montré le bout de son nez mais la journée devait encore se finir sous le signe de l' instabilité orageuse. Humidité et chaleur sont les cocktails classiques et l' anticylone est bien trop loin pour nous apporter des jours meilleurs. D' un temps automnal ces derniers jours nous sommes passés de nouveau à un temps chaud et lourd, pesant même faisant grimper le mercure à près de 26° en fin de journée soit 10 de plus qu' hier après-midi ! Cela a vite tourné à l' orage. Les cellules ont eu une nouvelle fois bourgeonner sur les reliefs du Bugey et dès 17h le tonnerre grondait dans le Cerdon, la région d' Hauteville aussi. A 18h tout cela prenait de l'  ampleur comme on pouvait le voir sur les radars et surtout les intensités qui s 'annonçaient promettaient une nouvelle fois le déluge. Au fil de la fin de journée une véritable ligne de graisn s' est constituée entre Bugey et Revermont faisant du sur place par endroits et déversant pendant une heure entre 19h30 et 20h30 un déluge de pluies et de grêles sur certains secteurs comme Jasseron où la station météo amateur de Jean Christophe a enregistré près de 50 mm de précipitations !  dont 20 mm en 20 min à peine, avec des intensités qui ont dépassé les 200 mm/h !  Les dégâts sur les végétaux sont assez importants; la grêle  certes pas trop grosse a vite haché menu  plantes, feuilles et fleurs mais à prioi d' après ses infos pas de dégâts matériels. Sur le Bugey, on voyait très bien les lignes de grains présageant de la grêle. L' orage a touché aussi la région de Bourg en Bresse et une nouvelle fois celle de Pont d' Ain avec encore des intensités frôlant les 100 mm/h mais pas de dégâts si ce n' est des jardins une fois de plus transformés en piscines, indignes d ' un mois de juin.

 

28 mai 2008

Ain : Un orage bref mais intense 

Cette image prise dans les néons pondinois  montrent quelque peu la pluie drue tombée sous l' orage ! (FT)

Hier soir peu avant minuit une bonne partie du département de l' Ain a été balayée par un orage intense mais bref. L' Ain qui avait été à ce jour relativement épargné par les violents orages du sud de Rhône Alpes a été à son tour concerné Tout présageait à cela  quand on jetait un oeil aux radars des précipitations. Dès la soirée de fortes pluies orageuses étaient signalées sur le sud de Rhône Alpes dans la région de Valence où l' on signalait de fortes pluies et de la grêle; une partie ont bifurqué en direction du NO  vers le Bourbonnais et une autre partie, une petite ligne de grains , a touché le nord Isère avant de très vite atteindre le département de l' Ain aux dernières minutes de mercredi. A Bouvesse Quirieu, on a relevé peu avant minuit une intensité pluviométrique de 115,2 mm/h  et 4,4 mm. Dans notre département l' intensité fut aussi  importante avec 93,6 mm/h sur Pont d' Ain.Cet orage fut intense mais très bref car il n' a quitté en général que 3 à 4 mm malgré l' abondante averse sur la plaine de l' Ain ( 3,4 mm sur Pont d' Ain en moins de 2 min). Mais c' est surtout dans le secteur où l' orage offrait ses éclairs continuels (l' intensité électrique était exceptionnelle. Il y avait plus d ' un éclair à la seconde sur le relief du Bugey) que les relevés de pluie furent remarquables en très peu de durée. En effet c' est à Cerdon près de Poncin que l' on a relevé le plus d' eau , 18 mmn en l' espace de 6 minutes seulement !. ce qui fait une intensité de 180 mm/h.

Cette carte ci-dessous montre les intensités de pluies relevées à 23h locale, la courbe bleue englobe l' orage qui touchait l' Isère et qui moins d' 1h plus tard gagnait le département de l' Ain. Au fil de son approche on pouvait admirer un rideau de pluies intenses (100 mm/h mini) se former en arc de cercle. C' est cette petite cellule orageuse qui a réveillé la tranquillité des habitants qui étaient déjà en sommeil !.

(source carte : www.meteo.60.fr ;  extrapolation : Météo01)

 Dans l' est du département où l' orage a atteint ce secteur sur le commencement de la journée de jeudi on a  même relevé des grêlons de près de 4 cm de diamètre dans le secteur d' Oyonnax. C' est ici que les dégâts ont été les plus apparents. On ne comptait plus les impacts des grêlons gros parfois comme des balles de golf sur les véhicules. Des vélux, de nombreuses vérandas ont littéralement volé en éclats sous les caprices du ciel sans  oublier de compter les végétaux ( dont les massifs de fleurs) hachés menus et les nombreuses branches qui se sont retrouvées au sol sous aussi de fortes rafales de vent. Les forains sur Oyonnax ont été fort surpris et victimes à minuit par cet orage bref mais très violent. Leurs véhicules, leurs caravanes et les installations de montage comme leurs rampes lumineuses ont été endommagés mais la fête aura fort heureusement bien lieu ce week end sur la Plastics Vallée. A noter aussi que le supermaché de Bellignat a quelque peu baigné dans l' eau  en seconde partie de nuit en raison des branchages arrachés par la grêle et le vent qui ont bouché les évacuations d' eau sur le toit du magasin ( une poutre métallique  a cédé sous le poids de l' eau provoquant ensuite le sectionnement d 'un tuyau du réseau incendie provoquant cette inondation)..Cette grêle assez localisée n' a fait  fort heureusement aucun blessé. Les vignes du Cerdon évitant la grêle n' ont pas souffert de ce solide orage et les services de secours n' ont pas été vraiment trop sollicités grace à cette brièveté des caprices du ciel.Le pire a donc été évité. A noter que le Haut Jura n' a pas été épargné non plus et plus d ' une vingtaine de communes ont subi de sérieux dégâts. Fréquemment chaque année et souvent à pareille époque le Bugey est touché par des orages localement violents. On se souvient de l' an dernier quasiment jour pour jour quand Ambérieu avec ses localités voisines virent passer un violent orage de grêle accompagné de fortes rafales de vent qui avait causé quelques sérieux dégâts à quelques établissements. Même si le mois de mai a été bien moins arrosé que celui de 2007, il n' en demeure pas moins que la moyenne du nombre d' orages répertoriés est sensiblement la même. Rien que sur la plaine de l' Ain on en comptabilise 7 contre 9 en mai 2007. Contrairement à mai 2007, aucune vigilance orange ne fut à déclencher pour les activités orageuses qui ont traversé le département.*

Merci à Roger pour l' autorisation de la mise en ligne des photos

(vous pouvez jeter un oeil à son forum que je viens de rejoindre à mon tour : http://nature-extreme.forumactif.com/ 

 

 

L' intensité pluviométrique enregistrée à Pont d' Ain juste avant minuit

(loin tout de même du record de mai 2007)

 

12 avril 2008

AIN : Accalmie sur le front des pluies

La météo n’ aura pas épargné le département de l’ Ain tout au long de cette première semaine complète d’ avril. Nous avons tout connu cette semaine. Du chaud, du frais, du vent fort, des orages, de la grêle et pour finir des fortes pluies qui ont donné sur ces 3 derniers des cumuls très conséquents quasiment partout, occasionnant par ci par là la montée des cours d’ eau, que ce soit l’ Ain, le Suran qui est le plus impressionnant ce matin, l’ Albarine, la Reyssouze à Bourg en Bresse, le Solnan, le Gardon dans la région de Bettant…En 3 jours il est tombé bien souvent l’ équivalent d’ un mois complet de précipitations pour cette période de l’ année. Un changement total par rapport à avril 2007 mais qui se rapproche par contre d’ avril 2006 où à pareille époque nous avions connu un temps similaire qui avait vu la neige tomber jusqu’ en plaine et l’ Ain entre autres en crue. Il était tombé rien que sur Pont d’ Ain près de 70 mm en seulement 48 h. Donc rien d’ exceptionnel pour ce que l’ on vient de connaître. Régulièrement le mois d’ avril peut nous apporter ce type de phénomènes mais après un trimestre parfois déficitaire en pluie sur le département dont un mois de février printanier et sec cela a eu de quoi nous surprendre. Cet épisode pluvieux a laissé près de 65 mm sur des secteurs comme Jasseron, St Etienne du Bois, ou Pont d’ Ain, 59 mm sur Viriat ( dont 29 mm pour la seule journée d’ hier). A Ambérieu la station Météo France est ainsi passée en cumul de 11 mm à 91 mm ce matin !. Mercredi il es tombé suivant les secteurs entre 10 et 30 mm. Jeudi nous sommes passées un cran au-dessus avec de forts orages en soirée qui ont balayé le département. Dans le Haut Bugey à Bellegarde on releva 36 mm, 50 sur la région d’ Oyonnax ( pas étonnant que les affluents de l’ Ain gonflèrent) et47 mm sur le plateau d’ Hauteville ( hier la neige fit une nouvelle petite visite pour saupoudrer le paysage. Vendredi il est de nouveau tombé entre 20 mm comme dans la région d’ Etrez en Bresse à près de 40 mm sur Pont d’Ain ou Jasseron en passant par 28 mm sur Ambérieu en Bugey. Quand on comptabilise tout ceci le chiffre est impressionnant pour la région. On recense donc autant d’ eau en 3 jours qu’ en un mois complet. En tant normal à Bourg en Bresse il tombe 85 mm en avril selon les normes 1960-2000. Ces pluies seront bénéfiques pour toutes nos nappes phréatiques bien évidemment en prévisions d’un éventuel été sec et chaud. Cela éloigne ainsi pour un certain temps le spectre de restrictions qui il y a encore peu planait déjà pour le département de l’ Ain. On sait qu’ en cette saison elles sont salvatrices à un moment où la végétation commence à redémarrer franchement.

Il n' est pas rare de découvrir encore ce samedi des terrains transformées en plan d' eau dans beaucoup de secteurs du département mais la petite accalmie devrait un peu résorber cette eau. Hier même si la Reyssouze est montée à Bourg en Bresse les riverains très attentifs ont pu s' éviter le pire. Elle a noyé les berges du parc des Baudières. Il y a 3 ans, le 17 avril 2005 ( tien encore ce mois d' avril !) des dégâts sensibles suite à de fortes pluies avaient été constatées inondant des garages et l' on se souvient que la maison de retraite La Pergola proche du centre commercial de Carrefour avait dû voir ses occupants être évacués.

Les principales rivières du département ont donc vite vu leur niveau grimper fortement. Certaines se sont rapprochées de leur dernier niveau de crues mais sans que l' on parle de véritables inondations. D’ autres n’ en étaient pas loin. Le plus inquiétant a tout de même été évité. Les pluies fort heureusement se sont estompées vers 17h sur l’ ouest de l’ Ain et un peu plus tard à l’ est en perdant de leur activité. La nuit fut assez calme ce qui a permit de stabiliser les niveaux du Suran par exemple déjà bien haut ,  autour des 2m50 et largement sorti de son lit ( voir les photos),  et de voir l’ Ain (700 m3/sec ce matin) ou le Jugnon regagner leurs lits tout en conservant des eaux boueuses et d' un bon débit.

10 avril 2008

De fortes pluies dans l' Ain

Déjà je l' annonçais dans mes prévisions de la semaine pour l' Ain; à savoir de fortes pluies pour ce vendredi et elles onjt été au rendez-vous ! Dès la fin de nuit il n' a pas cessé de pleuvoir de façon abondante surtout ce matin sur la plupart des secteurs du département. Rien que sur cette journée il est tombé  près 1/3 de pluies d 'un mois normal. Tout en rappelant que déjà hier la journée fut copieusement arrosée et électrique avec des orages accompagnés souvent de grêle comme sur Pont d' Ain ou Méximieux. A Ambérieu avec les 30 nouveaux mm du jour on a quasiment atteint les pluies moyennes mensuelles. Le cumul de cet épisode pluvieux approchant les 80 mm ! .Ces fortes pluies ont entrainé après déjà les bons cumuls d' hier la montée des eaux de différents cours d' eau dont l' Ain qui ce soir est en crue. Par rapport à hier son débit a presque triplé, passant de 340 à près de 900 m3. Ce soir elle monte encore et sa cote atteint les 2m64 (contre 2m52 en avril 2006 avec 804 m3/s ) et loin encore des 3m12 de février 1999 ( soit 1180 m3/s). A ce débit près de 900 m3  on estime la récurrence venant tous les 2 ans; nous sommes donc synchros avec la dernière qui datait du 10 avril 2006. L' ouest du département et la Bresse ont reçu des cumuls moins conséquents comme sur Etrez avec 20 mm. Dans tout le secteur de la plaine de l' Ain c' est aussi le même constat. Sur la commune de Coutelieu, près d' Ambérieu le ruisseau qui traverse ce village  rase la départementale et a même envahi tous les champs environnants, ce qui n' était pas arrivé depuis bien longtemps ! . L' Albarine qui traverse Ambérieu est très grosse. Ce soir sa cote est de 2m20. Lors de la crue de mars 2006 elle était à 1,56 m. Avec 2,20 m nous sommes fort heureusement encore loin de la violente crue  qui avait touché tout le bas Bugey ( dont la ville de St Rambert en Bugey) en février 1990 avec 3,32 m .Le Suran qui prend sa source sur les contreforts du Jura n' a pas peiné comme à chaque fortes pluies de gonfler et sortir de son lit. A 2m20 de côte ce soir il arrive au niveau de celle de décembre 2001 mais encore à quelques marches de celle d ' avril 2005 à 3m08 ( un mois qui fut exceptionnellement pluvieux avec plus de 250 mm sur la station d' Ambérieu). Les terrains agricoles transformés en piscines sont légion ce soir que ce soit dans les secteurs de Méximieux ou Ambronay. Fort heureusement vers 18h la pluie a enfin cessé mais le ciel restait bien couvert et le soleil qui tendait de poindre n' a pu résister bien longtemps face aux nuages encore bien présents. Hélas ce devrait être provisoire et la pluie est annoncée de nouveau dimanche soir. Côté mercure le yoyo continue ! hier on crevait presque de chaud avec 19,6° à Ambérieu, 20° sur la région lyonnaise et près de 23° en Isère du côté de Vizille et aujourd 'hui plus dure fut la chute ! On a perdu pas loin de 15° en 24 h ! Cet après-midi il ne faisait guère plus de 5°  ( 7° à Lyon à 13h ) soit largement en-dessous des normales. En fait la journée avait commencé dans la douceur avec plus de 11° mais au fil des heures le mercure a baissé. De l' air plus frais s' est engouffré sous la perturbation qui ondulait sur la région Rhône Alpes. Cela entraina cette baisse progressive. Du coup la neige a refait son apparition en fin de matinée sur les reliefs du Bugey comme sur le plateau du Retord. Suite aux terrains détrempés elle n' a fait que saupoudrer le paysage. Ce fut plus conséquent il y a 2 ans à pareille époque.

24 mars 2008

Ce n' est pas encore le printemps !

Un début de printemps décidément bien hivernal dans l' Ain. Et un lundi de Pâques encore aux tisons. La neige tant annoncée une nouvelle fois par Météo France est belle et bien au rendez-vous depuis ce matin dans l' Ain et la plupart des secteurs rhônalpins. Les quantités annoncées ne devaient pas dépasser les 5 cm en plaine et ce fut le cas avec le plus souvent 3 cm de neige que ce soit dans la région de Pont d' Ain, Lyon ou Tignieu Jameyzieu en Isère. Vers 9 h la circulation était parfois difficile entre Bourg en Bresse et Ambérieu, les véhicules roulant à guère plus de 50 km/h avec de la neige au sol. Fort heureusement le nombre de véhicules en ce jour férié n' était pas bien conséquent mais la prudence était de rigueur. Depuis avec les précipitations en déclin et la remontée du mercure à 1° , qui est descendu jusqu' à -3° cette nuit , la situation s ' améliore nettement mais c' est sur les axes secondaires du département qu' il faut rester encore prudent surtout dans les montées, avec de la neige restant bien au sol. L' après-midi s 'annonce bien meilleure avec le retour des éclaircies mais des giboulées seront encore possibles comme encore au momnet où j' écris ces lignes, ici ou là. Il faudra faire attention au verglas la nuit prochaine à toutes altitudes. Le véritable redoux est prévu pour le milieu de la semaine mais dès demain l' amélioration sera significative. 

 

Prudence de mise ce matin sur les axes secondaires même en plaine

 

Un phénomène exceptionnel ?

Ce temps froid et hivernal dans le département de l' Ain peut paraître exceptionnel pour la saison mais il n' en est rien. C' est vrai qu' il survient après une période de longue douceur et cela a de quoi nous surprendre. Mais on peut rappeler que ce genre d' évènement ne se produit pas forcément chaque année mais tout de même assez fréquemment en mars voire parfois début avril (le 10) comme en 2006  où la neige avait fait une brève apparition en plaine ( avec tout de même 5 cm au sol après un total cumulé de 14 cm en mars de la même année !) et où des crues avaient touché ensuite quelques secteurs. Ce temps de début de printemps est un remake de celui de 2007 aussi. Nous avions eu sur plusieurs jours un temps très agité avec chutes de neige jusqu' en plaine. On peut rappeler le temps alternant averses de neige et de pluie voire neige toute seule entre le 19 et le 24 mars. Donc comme on peut le voir pas de quoi trouver cela exceptionnel. Et puis pour ceux qui détestent le froid, on peut rappeler que mars 2007 avait été suivi d' un exceptionnel mois d' avril avec douceur et soleil. Mais nous avons tellement besoin d ' eau encore !. Enfin pour nos reliefs on retiendra surtout les quantités tombées en cette fin mars qui parfois ont été plus conséquentes en l' espace de quelques jours que sur tout l' hiver 2008 comme dans les secteurs d' Innimond, d' Hauteville ou bien du Retord. Cette neige qui a tant manqué souvent  en février dernier.

21 mars 2008

21 MARS 2008

 

AIN : pluies à l' ouest en plaine, neige abondante à l' est

Avec cette grande douceur des dernières semaines nous en avions oublié que l' hiver et la neige pouvaient nous rendre une jolie visite en fin de mois de mars ( ce fut souvent le cas par le passé, nous y reviendrons). Dès jeudi soir le département de l' Ain avait été placé en vigilance orange pour de la neige et du verglas; phénomène assez rare pour l' arrivée officielle du printemps et d 'autant plus qu' aucune vigilance de cet ordre n' avait eu lieu durant tout l' hiver 2008 !. Météo France ne s ' était point trompé et l' hiver est revenu en force sur la partie la plus à l' est de notre département, la plus élevée en altitude. En effet l' ouest a été assez épargné par ces mauvaises condituions météo. On a pu voir ici ou là en plaine des flocons se mêler à la pluie jusqu' en fin de matinée sur la Bresse ou bien sur la région d' Ambérieu mais rien de bien méchant. Cette pluie froide accompagnée de vent de sud cinglait les visages et nous a accompagnée jusqu' en fin de journée, apportant ainsi de bons cumuls pour un mois de mars qui pour l' instant était inquiétant au niveau des précipitations. On a relevé plus de 25 mm dans le pluviomètre de la station Météo France d' Ambérieu en Bugey, plus de 22 mm sur les bords de l' Ain et plus de 30 mm chez la station amateur de Jasseron. Tout cela sous un mercure qui a bien eu du mal à atteindre la barre des 5° alors qu' il y a à peine quelques jours auparavant on frôlait les 20° ! ( voir graphique ci-dessous). Dès la seconde partie de nuit une neige souvent lourde et humide est tombée sans discontinuer sur tout le massif du Bugey, non seulement en altitude mais aussi à des niveaux très bas comme dans la région de St Rambert en Bugey, à 500 m vers Oyonnax ou Bellegarde ou bien encore le pays gessien également. Les tulipes et autres jonquilles ont vite été recouvertes et ce dès le réveil par ce brusque retour de la neige. Elle n' a pas cessé de tomber jusqu' au soir, apportant des quantités exceptionnelles pour la saison et souvent parfois plus que durant tout l' hiver écoulé sur une seule journée ! .Le manteau neigeux a vite atteint 10 à 15 cm dans le Bas Bugey et même près de 20 à 30 dans le secteur de Bellegarde. 30 à 40 cm sur le plateau d' Hauteville Lompnès ou dans la localité du même nom la circulation était difficile ( et il a fallut ressortir les machines automatiques pour déblayer la neige des bas côtés) et localement sur le Retord près de 60 cm ! .

 

 

Galère sur les routes bellegardiennes

Avec ce retour hivernal, les conditions de circulation ont été vite détériorées sur les secteurs touchés par l' or blanc malgré le passage incessant des engins de déneigement. C' est bien sûr l' autoroute blanche qui porte bien son nom, l' A40, qui a posé le plus de soucis comme dans le traditonnel col de Ceignes à 600 m d' altitude proche de Pont d' Ain. Dès 4 h du matin où la neige commençait à tomber, les services de l' équipement étaient à pied d ' oeuvre, en particulier dans la région de Bellegarde qui déjà au petit matin  annonçait plus de 10 cm de neige au sol.Une dizaine de camions avec lames et saleuses n' ont pas arrêté de tourner pour rendre les chaussées praticables mais souvent en vain tant cette neige qui tombait était abondante. Cela a vite posé des soucis aux automobilistes avec de nombreux sorties de routes comme dans le pays de Gex, sans compter de nombreux camions où il fut décidé de fermer l' accès aux plus de 7,5 tonnes sur départementale 1206. Pas mal de camuions qui n' étaient point équipés se sont retrouvés en grosse difficulté en se mettant en travers les voies de circulation. Des stockages ont été mis en place par les forces de l' ordre dans la région de la Michaille. Sur l' A40, on a relevé un bouchon d' une dizaine de kilomètres au niveau du tunnel de Chatillon. Vers les 12h un poids lourd a percuté les rails de sécurité sur cette autouroute dans le sens Mâcon - Genève et s' est retrouvé bloqué par la neige, perturbant ainsi  le secteur jusqu' en fin de journée et provoquant plusieur km de retenue. Heureusement aucune victime n' est à déplorer sur cette journée très agitée. La pluie en cours d' après-midi en basse altitude a perdu d' améliorer quelque peu la situation.

(10 à 15 cm au bord des routes dès le matin )

 

La plaine de l' Ain très arrosée

C' est vers les 4 h du matin que les précipitations ont commencé à se manisfester dans les plaines de l' Ain. Si au totu début la neige fit une timide apparition, la pluie a très vite pris le relais pour s 'imposer quasiment jusqu' au soir . Il faut remonter au 5 janvier dernier pour retrouver  un cumul journalier aussi important sur les bords de l' Ain. On dépassa les 22 mm. On a relevé sinon pour cet épisode pluvieux environ 26 mm sur Ambérieu, 17 mm sur Virit, 21 mm à Etrez, 28,6 mm à St Etienne du Bois et 32,6 mm à Jasseron sur les contreforts du Revermont. Cet épisode pluvieux aurait eu l' avantage de remonter le cumul du mois qui partait pour être bien bas. Certes nous n' avons pas encore ratrappé la moyenne habituelle, c' est toujours ça de pris et il reste encore près de 10 jours avant avril. D' autant que d' autres précipitations sont annoncées la semaine prochaine. Les importantes chutes de neige sur nos montagnes auront aussi un effet très positif sur nos rivières durant ce printemps.

(enregistrements des précipitations)

 

 

Du très doux ....au bien frais

Le mercure a baissé au fil des derniers jours pour perdre près de 15° ! Une sacrée chute ! Le week end dernier on relevait des températures de fin avril quasiment !; proches des 20° !

(mercure en plaine de l' Ain)

 

11 mars 2008

La tempête n' a pas épargné l' Ain

Pour la tempête de lundi, le département de l' Ain n' avait pas été mis en vigilance orange ( juste jaune) mais elle était à peine en marge de celle-ci contrairement aux départements jurassiens. Et pourtant nous n' avons pas été épargnés par des vents violents qui ont balayé d' ouest en est notre région. Dès le matin, le vent commençait à se renforcer alors que la pression atmosphérique à l' approche du passage de la dépression descendait progressivement, jusqu" à atteindre sur la plaine de l' Ain les 995 Hpa, la pression la plus basse depuis bien longtemps et plutôt rare en cette saison. Le vent n' a cessé de se renforcer en cours d' après-midi où il a atteint son apogée le plus souvent entre 15 et 16 h avec une pluie soutenue mais malheureusement brève, ne donnant hélas que quelques millimètres. La neige refit son apparition sur nos reliefs dès 1200 m. Quelques dégâts ont été occassionées ici ou là en raison de rafales qui au plus fort de cette tempête ont atteint les 90 à 100 kmh/  dans beaucoup de secteurs( des pointes régulières à 60 en zone urbaine). C' est surtout le Val de Saône et la Bresse qui furent les plus touchés. La station Météo France a enregistré de son côté une pointe en cours d' après-midi à 96 km/h ! ; assez rare sur nos contrées.  Ce gros coup de vent a provoqué de multiples chutes de cheminées, de branches et même d' arbres sur les chaussées, des tuiles envolées bien sûr. Les secours ont procédé à une bonne trentaine d' interventions nottament dans le secteur de Bourg en Bresse et au centre de l' Ain. Des coupures de courant ont été signalées ici ou là en raison de fils arrachés par le vent. 15 communes environ furent impactées. Du côté de Géovreissiat  dans le nord est du département un hangar a vu sa toiture s' envoler, provoquant dans la chute le sectionnement d 'un poteau électrique. Pas de blessés fort heureusement mais une circulation quelque peu perturbée.

 


Date de création : 24/12/2008 @ 13:39
Dernière modification : 16/04/2009 @ 20:07
Catégorie : Les actualités météo

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
^ Haut ^